AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 METHODE : DISSERTATION

Aller en bas 
AuteurMessage
Go
floodeur
floodeur
avatar

Nombre de messages : 6
Age : 26
Date d'inscription : 05/09/2008

MessageSujet: METHODE : DISSERTATION   Dim 14 Déc - 17:33

Exemple de sujet : le réel (1) est-il rationnel (2) ?

Règle : Analyse du sujet pour nous au brouillon
Les deux termes dont il se compose n’ont pas le même poids. L’un est donné relativement à un autre pour en déterminer le champ, l’extension.

I – Introduction

a) Le constat du sujet
Règle : Que peut-on dire relativement à (1) seulement sur la base de notre seule expérience de la vie et de nos observations ?
Le réel, c’est ce dans quoi nous sommes plongés à la fois dans son mouvement et son agitation. Il est indépassable au sens où je ne peux pas me placer hors de lui. En même temps que je suis enveloppé par lui, je peux le comprendre, et donc le réduire à mon intelligence, afin qu’il ne m’échappe pas. La relation est donc double, à la fois d’enveloppant et d’enveloppé. Mais dans tous les cas, c’est avec lui que j’interagis, et il désigne le seul lieu de mes interventions.

b) Recherche d’une problématique
Règle : Il s’agit d’interroger le sujet en révélant les sujets qui sont sous-jacents (à l’intérieur) de lui. Ceci se fait en posant une série de questions qui visent à reformuler le sujet.
On peut se demander en quoi nous avons besoin d’un réel rationnel, ne peut on pas se contenter d’un réel tel qu’il est ? Quels sont les caractères intrinsèques à sa nature ou que je lui attribue ? Tous ceci exige de plus que je sache ce que signifie être rationnel ? En fin de compte, il faut se demander si la propriété d’être rationnel est susceptible d’être réelle, ou n’est-ce qu’un artifice/artéfact de la raison ?

c) Annonce du plan
Règle : 3 phrases synthétisant l’objet/ le propos de chaque partie.
Dans une première partie, nous monterons…
Puis nous verrons que …


II – Développement

Règle : Il doit logiquement découler des questions posées en I-b. Les questions doivent inspirer trois parties au mieux ou deux, toutes bien contrastées, avec leurs individualités.
Le schéma le plus courant :
1. Thèse
2. Sa réfutation : Antithèse
3. Dépassement de problématique (on va au-delà du sujet pour en montrer les limites, les défauts, ou la non-pertinence)


Partie 1 : La réalité d’un réel ordonnéLe réel est naturellement ordonné, il ne s’agit pas là d’une invention humaine. Cet ordre se donne à voir au travers de la régularité des phénomènes, de leur caractère cyclique, répété et prévisible. La science est née avec l’observation des phénomènes astronomiques où la plus grande régularité pouvait être observée. Ce sont toutes les observations qui confirment la règle, une fois que le désordre apparent est dépassé, que rien ne se fait selon les conjonctions livrées au hasard. Il en résulte pour l’homme un pouvoir de prédiction qui serait mis en échec si les phénomènes ne répondaient, dans leur production, à aucune règle. La régularité que l’on observe peut être stricte ou lâche, dans le premier cas les règles sont déterministes, dans le second, elles sont probabilistes. Tout est dépendant d’une cause, même si son actualisation, au travers de ses effets, constitue une séquence dont l’homme ne peut totalement établir les règles avec précision. De deux chats, il ne peut résulter un chien et cette prescription qui est dans la nature, en est une que la génétique se borne à reformuler dans son langage.

Partie 2 : La reformulation par la raison de ce réel rationnelLa raison est ce principe par lequel tout existant est pris dans un réseau de relations et de détermination. Si la nature est ce vaste système d’emboîtements et d’intrications, je ne peux en rendre compte cependant que dans le langage de la raison. En effet, la nature est une science qui ne parle pas (« scène muette »), et que l’on rend intelligible en al soumettant aux multiples codages auxquels procèdent les diverses sciences. Faire parler le réel présuppose qu’il est rationnel, mais selon les principes du rationnel. Il résulte nécessairement de ce mécanisme, un vice que la raison ne peut éviter, celui de sa circularité. Rappelons à ce sujet la célèbre formule de Kant (Allemand) : «l’homme ne voit dans la nature que ce qu’il a <manque un mot> d’après ses propres plans»

Partie 3 : Le réel comme artifice du rationnel
A force de reformulations, la notion de réel finit par se dissoudre dans le rationnel. De ce faite, le réel n’est plus justiciable de lui-même car il trouve sa raison d’être dans le rationnel. Dans ces conditions, on ne sait plus de quoi on parle, lorsqu’il est question du réel. Cependant, ce sont les outils du rationnel qui conditionnent la compréhension du réel, il y a une limite cependant sur laquelle butte le rationnel : le rationnel est impuissant à créer le réel.
Le problème est qu’à force de rendre tous le réel intelligible, on ne sait plus à quoi on a à faire, au réel lui-même, ou à un artéfact de celui-ci, que fabrique l’intelligence. Ceci enlève à la notion même de réel sa pertinence. Ce qui pose la question de savoir ce qui est objectif. De nos jours, la science s’accorde pour dire que l’objectivité est un certain consensus autour d’un point de vue à une question. Normalement, ce qui est vrai est censé être réel. Cependant, à ce niveau, on peut encore en douter. Ici, ce qui est vrai est ce qui est nécessaire à la raison. (VERITE : se dit d’un énoncé qui s’impose en raison de sa nécessité)

III – Conclusion

Règle : Eviter la récapitulation pour ne pas se répéter. Il faut préférer une ouverture.

(Einstein) : Pour autant que les proposition mathématiques se rapportent à la réalité, elles ne sont pas certaines, et pour autant qu’elles soient certaines, elles ne se rapportent pas à la réalité. La même chose peut se dire de tout énoncé scientifique, quelque chose qui n’est pas réductible au regard porté sur lui et aux outils qui l’interroge. Le réel est donc avant tout lui-même, bien qu’il s’anime lorsque nous le confrontons à notre entendement. Ce qui compte, c’est de le rendre familier, car tant que les hommes n’y étaient pas parvenus, il avaient à son sujet une attitude mystique et donc non scientifique.


Dernière édition par Go le Mar 16 Déc - 21:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tristan
Cheater
Cheater
avatar

Nombre de messages : 201
Age : 27
Localisation : devant son ordi
Date d'inscription : 04/09/2008

MessageSujet: Re: METHODE : DISSERTATION   Lun 15 Déc - 8:30

Et, pour une meilleure impression :

>cliquez ici pour telecharger le pdf<


_________________
Tous les champignons sont comestibles, c'est juste que certain ne le sont qu'une fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://terms3.forumactif.com
 
METHODE : DISSERTATION
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rappel de la méthodologie de la dissertation en 1ère
» Méthode pour la dissertation de Philosophie
» comment faire une dissertation juridique?
» Un excellent sujet de dissertation, oui, mais, compliqué
» Dissertation de Philo TS1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: TS3-ed.2008-2009 :: Les cours :: Philosophie-
Sauter vers: